Le site d'Agrigente

Pour finir ce beau périple, nous allons maintenant visiter la « Vallée des Temples », à Agrigente, élue en 1997 au Patrimoine mondial de l'Humanité. patrimoine mondial de l'Unesco

La Vallée des Temples d'Agrigente

Elle abrite un très bel ensemble de temples doriques, créé par les habitants de Gela en 580 av JC sous le nom d’Akragas, le nom d’un des deux fleuves qui arrosent le site.

C’est la dernière colonie grecque fondée en Sicile. Ce sont les Romains, lors de leur conquête en 210 av JC, qui l’ont ensuite baptisée Agrigentum.

Au milieu des oliviers, sur l'arrête d'une côte longue, pierreuse et ocre, dominant la mer, la plage et le port, trois temples superbes profilent leurs grandes silhouettes sur le ciel d’un bleu ardent. Autour d’eux, de nombreux autres sanctuaires se succèdent, faisant de cette vallée un des endroits les plus visités de la Sicile.

Photos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  le temple de JunonPhotos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  Le temple de Junon

Le temple de Junon

Le temple de Junon

Les trois grands temples : Junon

Le premier temple que nous voyons est le temple de Junon, (Héra) érigé sur le point le plus haut du site, à 120m d’altitude.

Il renfermait, dit-on, un fameux tableau de Junon par Zeuxis d’Héraclée (Peintre grec de l'école ionienne, V°s av JC), qui avait pris pour modèles les cinq plus belles filles d'Akragas.

Ensuite, le Temple de la Concorde, d'une taille équivalente (38x17 m), construit vers la fin du V°s, doit son état remarquable au fait d'avoir été transformé en église chrétienne au VI°s de notre ère.

Malheureusement, on ne peut le visiter pour en apprécier la majesté, l’accès en est interdit.

Photos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  Le temple de la ConcordePhotos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  Le temple de la Concorde

Le temple de la Concorde

Le temple de la Concorde

Hercule et Jupiter

Le Temple d'Hercule est le plus ancien sanctuaire dorique d’Agrigente. Il date du VI° s. Il a vraisemblablement été détruit par un tremblement de terre. On a relevé 8 de ses 38 colonnes, à côté de la Villa Aurea, qui héberge la direction archéologique.

Plus loin, malheureusement complètement détruit, le gigantesque Temple de Jupiter (Zeus Olympien), décrit par Polybe et Diodore de Sicile. Construit pour célébrer la victoire d'Himère en –480, il ne ressemblait à aucun autre.

Photos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  Les colonnes du temple d'HerculePhotos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :   le temple des Dioscures

Les colonnes du temple d'Hercule

Agrigente : le temple des Dioscures

L’architrave n'était pas soutenue par une colonnade mais par des murs pleins, renforcés par 38 demi-colonnes engagées de 6,50 mètres de circonférence.

Un homme pouvait se tenir debout dans chaque cannelure. Entre ces colonnes, 39 statues géantes, les «Télamons», les Titans soumis par Zeus, étaient condamnés à soutenir le toit de son temple…

Castor et Pollux

Ensuite, au milieu d’un chaos de pierres renversées, on voit les restes de temples dédiés aux divinités chtoniennes, c'est à dire infernales, bien antérieures aux cultes grecs. Parmi ces autels rectangulaires ou circulaires, se trouvent 4 colonnes émouvantes de finesse supportant un reste d’entablement.

Ce sont celles du Temple des Dioscures (les jumeaux Castor et Pollux, fils de Zeus et Leda), voué en fait à Démeter et Koré, déesses de la Fertilité.

Photos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  Le temple des dioscuresPhotos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  la nécropole paléochrétienne d'Agrigente

Le temple des dioscures

La nécropole paléochrétienne d'Agrigente

De là, en longeant les anciennes fortifications grecques, nous apercevons un endroit empreint d’une douce mélancolie : creusés à même la murailles, les restes d’une nécropole paléochrétienne, qui montre la succession des peuples en ce lieu, tous attirés par l’emplacement idéal de la cité et prouve la force et la foi des communautés chrétiennes de la fin de l’Empire romain en Europe.

Rêveries littéraires

Comment, au terme de notre voyage, ne pas citer encore une fois Maupassant qui dit mieux que nous ce que nous ressentons ici :

«...On reste à rêver devant ces admirables souvenirs du plus grand des peuples artistes. Il semble qu'on ait devant soi l'Olympe entier, l'Olympe d'Homère, d'Ovide, de Virgile, l'Olympe des dieux charmants, charnels, passionnés comme nous, faits comme nous, qui personnifiaient poétiquement toutes les tendresses de notre coeur, tous les songes de notre âme, et tous les instincts de nos sens.

C'est l'Antiquité tout entière qui se dresse sur ce ciel antique. Une émotion puissante et singulière pénètre en vous, ainsi qu'une envie de s'agenouiller [...] devant ces restes laissés par les maîtres de nos maîtres. »

Photos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  l'hôtel Baglio della lunaPhotos de voyages de Michel et Marie-France d'Agrigente en Sicile :  C'est fini... Il faut rentrer !

L'hôtel Baglio della luna

C'est fini... Il faut rentrer !

Après cette visite, nous nous installons à l'Hôtel Baglio della Luna, un ancien manoir fortifié, aujourd'hui transformé en hôtel de charme. Une promenade nocturne sur le site finit le périple de façon très romantique…

Le lendemain, nous n’avons plus qu’à finir les bagages avant de rejoindre Kamarina où 8 jours de baignade, de sports et de farniente sous le grand soleil sicilien nous permettront de repenser à ce magnifique circuit.

Inoubliable Trinacria

Le dépaysement et l'enchantement à 4h de vol : 300 ans d'histoire se télescopent en Trinacria. Enfants des Sicanes, des Sicules, des Phéniciens, des Carthaginois, des Grecs, des Romains, des Byzantins, des Arabes, des Normands, des Angevins, des Aragonais...

Blonds ou bruns, les Siciliens sont accueillants au visiteur respectueux de ses us et coutumes.

La faune, la flore et les paysages sont d'une grande variété. La cuisine y est délicieuse... L'amateur d'art et de culture, mais aussi de promenades ou de sports y sera heureux, et les plages attiseront les désirs de farniente. "Grazie, Sicilia, Ciao !"