1 er jour : Antalya-Ankara-Yasilkaya-Hattousas-Corum (260 km)

D'Ankara, nous prenons la route pour Yasilkaya (qui veut dire en turc "la roche écrite") : première émotion...

Lors d'un arrêt, nous tombons sur un mariage de campagne. La mariée, vêtue de blanc, nous invite à entrer dans la danse ! Un verre, trois petits tours, et nous repartons vers le pays Hittite.

Vers le pays des Hittites

Cette contrée, nous l'avons déjà visitée dans un précédent voyage en Anatolie, mais pour éviter les redites, c'est ici que nous avons rassemblé nos notes..

mariage turcMariage turc
Sur la route, un mariage. Vive l'hospitalité turque !

A Yazilkaya, à deux kilomètres d'Hattousas, un site rupestre du XIIe siècle av-J.C. se cache au milieu des rochers. Il contient de beaux reliefs des dieux et déesses hittites.

Les représentations qui y figurent sont associées au thème du renouvellement de la nature, et à celui de la vie et de l'état hittite.

Le sanctuaire a été aménagé dans une anfractuosité naturelle de la roche, probablement par le roi Tudhaliya IV qui s'est fait représenter dans la galerie avec son épouse et leur fils, le dieu Sarruma.

Sur les parois de la grande galerie, 63 divinités, masculines à gauche, féminines à droite, s'animent et nous escortent. Elles convergent en procession vers le sanctuaire. Voir l'bout'rout ?

arrivée à Yasilkayaarrivée à Yasilkaya
Arrivée à Yasilkaya
Sanctuaire rupestre

Devant Tudhaliya IV, une énorme épée de 3,30 m fichée dans le sol dont la garde est composée de lions allongés la tête en bas, membres contre membres, se termine par une tête humaine coiffée de la tiare pointue symbole de divinité. Ce bas-relief du dieu épée peut symboliser le dieu des Enfers.

Ensuite, nous suivons à nouveau la frise des douze dieux qui incarne le passage d'une année à l'autre, qui a lieu, selon une vieille croyance indo-européenne, pendant une période symbolique de douze jours.

Procession des dieuxProcession des dieux
Procession calendaire des dieux et des déesses

Les sites principaux de l'Ancien Empire Hittite sont situés dans le Parc National de Bogazkale, du département de Çorum.

Bogazkale, centre religieux Hittite

Cet ensemble fait partie du Patrimoine mondial de l'Humanité, protégé par l'Unesco : nous nous y rendons ensuite.

Hattousas était la capitale de l'empire de 1700 av-J.C. à 1200 av-J.C. En 1200, des peuples venus de la mer et d' origine de Thrace ont mis fin à cet empire. En 1180, les Phrygiens dévastèrent à leur tour la cité.

En 750 av-J.C., les Phrygiens s'y installèrent puis les Hellénistes en firent un grand village. Après des fouilles complètes du site, les murailles, du XIIIe siècle av-J.C., sont maintenant en cours de restauration.

Les déesses et TudhaliyaLes déesses et Tudhaliya
Les déesses et Tudhaliya
Détail d'une déesse

A Bogaskale, le nom moderne d'Hattusas, nous posons devant la Porte des Lions. Une imposante enceinte double de 6 km, percée par la porte Royale, la porte des Lions, et par un tunnel souterrain, le Yer Kapi, entoure la cité.

C'était le centre religieux des Hittites, surnommée la Ville des Temples car les fouilles archéologiques en  ont révélé les vestiges d'une trentaine.

Les plus grandes ruines sont celles du temple I, du XIIIe siècle, consacré au dieu de l’Orage et à la déesse solaire d’Arinna. C'est un carré de 275 mètres de côté, entouré d'un temenos, construit sur une terrasse artificielle.

Il se composait de trois pièces principales parallèles avec chacune sa porte d'accès, que l'on devine d'après les vestiges qui subsistent encore.

Le dieu de l'Oragela porte des lions accueille ses visiteurs
Le dieu de l'Orage
La porte des lions accueille ses visiteurs

Quant au Palais, il était situé au sommet du plateau rocheux de 220x150 mètres, connu sous le nom de Büyükkale.

Véritable acropole, on sait, d'après les tablettes qu'on y a trouvées, qu'il s'agissait d'un grand complexe palatial et non pas simplement de la résidence du roi, appelée Balentuwa. Certes, le roi y vivait entouré de sa famille et de son clan, mais l'ensemble renfermait aussi les bâtiments du gouvernement et les archives de l' Empire hittite.

Pour le côté utilitaire, il y avait encore une laiterie, des magasins, une construction religieuse, appelée maison ar-ma, et la maison du chef de la garde, nommée Gal Meshedi. Trois portes fortifiées permettaient d'accéder au palais.

la porte des lions accueille ses visiteursLe temple de la déesse Darinha
La porte des lions accueille ses visiteurs
Le temple de la déesse Darinha

L'ensemble est émouvant : du haut des remparts, au sommet de cette colline, la vue s'étend sur la plaine, à perte de vue, franchit ravins et falaises, et nous pénètre du sentiment de la majesté des civilisations abandonnées, malgré la monumentalité des édifices et l'organisation de l'Empire.

Le silence, impressionnant, nous donne l'impression de dominer le monde : nous quittons l'endroit, par cette petite route qui n'en finit pas de serpenter vers l'horizon, au milieu de l'or, de l'ocre et du brun du paysage anatolien, émus et pensifs...