Carnet de voyage : La région de Charlevoix

Nous allons maintenant vers les Laurentides, sauvages et grandioses.

La région de Charlevoix s’étend de la côte de Beaupré, face à Montréal, jusqu’au Saguenay, où nous allons, et doit son nom au père François-Xavier de Charlevoix, qui l'a explorée au début du XVIII°s.

Nous passons par des collines qui s’élèvent peu à peu, région de conifères et d’élans. Des falaises souvent spectaculaires qui le longent, nous gardons toujours une vue sur le Saint-Laurent que nous suivons.

La région, de plus de 6 000 km2, doit son paysage étonnant à un impact météoritique de 15 milliards de tonnes, survenu il y a 350 millions d’années.

Le cratère actuel s’étend sur 56 km, de l’ouest de la Baie-Saint-Paul à l’est de la Malbaie.

Ces caractéristiques exceptionnelles ont valu à la région de Charlevoix le statut de Réserve mondiale de la biosphère, accordé par l’UNESCO en février 1989.

Baie Saint-Paul et ses artistes

Baie-Saint-Paul s’étage dans une jolie vallée agricole. Là, le fleuve s’arrondit en baie, d’où le nom de la ville, réputée pour sa douceur de vivre.

En 1678, un séminaire jésuite s’installe ici, puis la ville se développe en 1714 avec la construction, par Pierre Tremblay, d’une grande ferme et de deux moulins, sur la rivière du Gouffre.

Il sera l’ancêtre de tous les Tremblay du Québec, un des noms les plus courants dans la province !

Les maisons gaies à l’architecture traditionnelle et aux toits argentés scintillent sur la verdure. Une échancrure dans la montagne lance deux pointes sur le bleu du St-Laurent.

baie saint paul arriveeL'église de Baie Saint Paul et son toit d'argent

Arrivée à baie-Saint-Paul

L'église et son toit d'argent

Une luminosité presque magique, la montagne, la mer, les couleurs, ont séduit nombre de peintres et de sculpteurs qui y sont passé ou qui sont venus s’y installer du XIX° siècle à nos jours.

La ville, peu industrialisée, s’est tournée vers le tourisme, la nature, les grands espaces et les arts.

Elle est devenue « Capitale culturelle du Canada 2007 » et il paraît qu’on y trouve le plus de galeries d’art par habitants de tout le Canada.

On s’arrête face à la place de l’Eglise, nous allons prendre le temps de "chouenner » pour les visiter à loisir.

Architecture et culture

De nombreuses maisons sont plus que centenaires.

Un beau circuit architectural à Baie Saint PaulMaison vernaculaire américain de Baie Saint Paul

Un beau circuit architectural à Baie Saint Paul

Maison vernaculaire américain de Baie Saint Paul

De type « vernaculaire américain », elles sont caractérisées par leurs formes symétriques et leurs couleurs variées.

Bâties en bardeaux de cèdre, elles ont des toits à deux versants en pente douce, entourées d’une galerie couverte à pilastres et de belles pelouses.

Rue Ambroise-Fafard, la Maison Mère des Petites Franciscaines qui a accueilli le premier hospice de Baie-St-Paul est entourée d’imposantes résidences, bien agréables à l’œil.

baie saint paul maison traditionnellebaie saint paul bus scolaire

Maison traditionnelle

Le bus scolaire de Baie Saint Paul

Autres rues, autres styles : des maisons à toit mansardé, des maisons d’inspiration coloniale américaine, des maisons traditionnelles québécoises, avec appentis et sorties à l’arrière, des maisons rurales, des maisons contemporaines.

Au milieu coule une rivière

La ville est traversée par la rivière du Gouffre, qui prend des allures de torrent sous son pont.

Normal, c’est une rivière à saumon, à la pêche bien gardée. 100 fosses à saumons y sont répertoriées, et on y a pêché des poissons pesant jusqu’à 10 ou 12kg !

Le long de la rivière, quelques moulins : le moulin Gariépy, pour le bois, de la fin du XVIII° s, ou celui du Ruisseau-Michel, pour la farine.

baie saint paul riviere du gouffreLa fresque géante de Baie-Saint-Paul

La rivière du Gouffre

La fresque géante de Baie-Saint-Paul

Aux abords de la rivière, derrière la Caisse populaire, une fresque gigantesque de 488m2, magnifique et colorée, nous attend.

Oeuvre de 3 artistes peintres, elle conte l’histoire de Charlevoix, de Baie-Saint-Paul et ses environs, et ce, au fil des quatre saisons.

Les yeux emplis de ces vues, il ne nous reste qu’à aller déjeuner avant de reprendre la route.