Carnet de voyage : Arrivée à Québec

Nous voici à Québec, capitale de la province à qui elle a donné son nom, de la défense de la tradition, de la culture et de la langue québécoise venues de la lointaine France.

Les plaques minéralogiques nous le rappellent en permanence, puisqu’elles affichent fièrement la devise provinciale : « Je me souviens ».

quebec en avionJe me souviens, plaques minéralogiques du Québec

Vol au dessus du Québec

Je me souviens

plaques minéralogiques du Québec

Et pourtant, c’est de l’algonquin qu’elle tire son nom. "Kebec" signifie "là où le fleuve se rétrécit". En effet, le St-Laurent, en son point le plus étroit, y atteint une largeur de 600m, très peu par rapport aux km de largeur qu’il peut facilement dépasser !

Déjeuner sur la Tour Astral

Nous allons déjeuner au restaurant panoramique de la Tour Astral, qui nous permettra d’appréhender la ville de haut.

Du haut du 29° étage qui tourne sur 360 degrés, nous voyons bien que la ville, séparée en ville haute et ville basse, unique cité fortifiée de l’Amérique du Nord, est toujours la sentinelle du fleuve.

La tour Astral avec son restaurant panoramique tournantPlateau de beurre aux armoiries du québec

La tour Astral avec son restaurant

panoramique tournant

Je me souviens, même sur le beurre

Nous admirons, de l’autre côté du St-Laurent, la côte de Beaupré, l’Île d’Orléans, le mont Sainte-Anne, la campagne verdoyante et, à 20 km vers le Nord, les collines des Laurentides.

A nos pieds, la vieille ville que nous allons visiter : d’ouest en est, les plaines des grandes batailles, la citadelle, la ville historique et ses toits colorés dominant le Vieux Port, puis tous les quartiers modernes qui ont poussé au fil du temps hors des fortifications…

Quatre cents ans d’Histoire

Si Jacques Cartier a exploré ce territoire dès 1534, c’est en 1608 que Samuel de Champlain choisit ce site pour y établir son « Abitation », pour y établir ses quartiers d’hiver.

Grâce au St-Laurent et à la rivière St-Charles, qui entre dans les terres et le Cap Diamant, promontoire défensif naturel, une colonie se développe dès 1615.

La vue vers le Saint-LaurentUne statue de De Gaulle au pied de la tour

La vue vers le Saint-Laurent

Une statue de De Gaulle

au pied de la tour

Centre de la Nouvelle-France, Québec en devient la capitale.

Mais les conflits se multiplient entre la France et l’Angleterre, tant en Europe qu’en Amérique. Entre 1759 et 1763, les Anglais prennent possession de tout le territoire.

L'édifice Price, le 1° gratte-ciel du QuébecToits verts et argent, une belle église à Québec

L'édifice Price

le 1° gratte-ciel du Québec

Toits verts et argent

une belle église à Québec

Pour ne pas perdre leur culture, les Québécois se révoltent, et, en 1774, l’Angleterre leur rend officiellement la langue et le droit civil français, la pratique du catholicisme et agrandit les territoires de la province.

Mais les Etats-Unis se révoltent à leur tour contre la Mère Patrie et attaquent la colonie, s’installant autour des grands lacs. En 1830, les Québécois fortifient la ville.

Vue sur le parc du haut de la tour AstralLes toits en couleur de Québec

Le parc des Champs de Bataille

du haut de la tour Astral

Les toits en couleur de Québec

En 1791, l ‘Acte constitutionnel divise la province en deux parties : le Haut-Canada, l’Ontario actuel, anglophone, et le Bas-Canada, notre Québec francophone.

Ils sont réunis en 1840 sous la bannière d’un parlement et d’une langue uniques, l’anglais.

Mais devant de nouvelles révoltes, en 1867, l’Acte d’Amérique du Nord crée le dominion actuel à quatre provinces canadiennes, rendant finalement au Québec sa culture et son droit…