Carnets de voyages de la réserve nationale Masaï Mara

Les animaux de la réserve

On nous avait dit que c’était ici que nous risquerions le plus de trouver les « big five » déjà cités. On en a vu quatre. Le dernier qui nous manque, c’est le léopard, que nous apercevrons plus tard, en train de chasser, au parc Tsavo !

Le repos des lions

Nos premières lionnes étaient cachées sous un bouquet d’arbres, entourées de bébés. Prévenues par la BLU, les voitures les entourent doucement. Elles nous regardent sans s’émouvoir ou somnolent à l’ombre des acacias.

La vie des adultes alterne en effet entre chasse et sieste. L’une lèche un petit, une autre se lève paresseusement, passe au milieu des voitures (quel frémissement chez les humains !), fait quelques pas, s’accroupit… et se soulage !

Photos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : Sous un bosquet, une lionne se reposePhotos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : Chut, Simba dort...

Un bosquet, une lionne se repose

Chut, Simba dort...

Toujours sans nous prêter attention, elle part faire une petite promenade : va-t-elle chercher le gibier ou part-elle rejoindre son lion ? Mystère, mais que d’émotions !

Sa Majesté, en famille

Le lion, Simba en swahili, nous l’avons vu aussi, le lendemain. Toujours sous un grand arbre, il dort, étendu sur le dos, entouré de ses deux femelles et de plusieurs petits.

L’une des deux, lassée de ne rien faire, se rapproche de l’autre qui nous tourne le dos.

Photos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : la lionne s'éloigne un peu pour se soulager à l'écartPhotos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : pendant ce temps, l'autre femelle surveille les petits

la lionne s'éloigne un peu

L'autre femelle surveille les petits

Elles nous donnent tout à fait l’impression de se mettre à bavarder tout en nous regardant par-dessus leur épaule.

Quel secret sur les humains échangent-elle ? les bébés jouent tranquillement : moment de douceur et de sérénité…

Invités chez Cheetah

Plus loin, un groupe de voitures entoure un autre bosquet. Evidemment, nous nous y précipitons.

Là, c’est une famille de guépards, cheetah, qui se repose et nous surveille pendant que jouent les petits, délicates peluches de velours tacheté.

Une fois de plus, nous constatons que les animaux n’associent pas les voitures aux hommes.

Photos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : Cheetah en famille, c'est l'heure de la siestePhotos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : de belles peluches !

Cheetah en famille, c'est l'heure de la sieste

Il ne s’agit, pour eux, que d’une autre sorte d’animal, gros et ronronnant, certes, mais pas dangereux, puisque de mémoire de bête en réserve, on n’en a pas vu attaquer les animaux !

Le paradis des herbivores

Nous avons vu tous les herbivores qu’on nous avait promis : les zèbres (du portugais zebro «âne sauvage») hantent bien la savane par bandes organisées en harems.

Dans chacune, un étalon vigilant et agressif surveille les allées et venues de ses femelles ou des poulains qu’il est prêt à défendre à coups de sabot ou de dents.

Ils partagent leur domaine qui peut couvrir de 80 à 200 km2 avec d'autres familles et s'associent facilement aux oryx, élands, gnous, girafes, gazelles, topis et autres impalas.

Photos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : tout autour de nous, les gnousPhotos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : c'est curieux, un zèbre !

Tout autour de nous, les gnous

C'est curieux, un zèbre !

Les zèbres sont en général les premiers à brouter les herbes, car ils préfèrent l’herbe haute. Les gnous les suivent, et lorsqu’ils ont mangé l’herbe déjà plus courte, c’est le tour des deux familles de gazelles, la Thompson et la Grant, qui ne broutent que l’herbe rase…

Tous, à la tombée du jour, quittent les espaces ouverts, qu’ils peuvent surveiller à vue, pour les broussailles où ils entendent venir les ennemis de la nuit.

Une avifaune diversifiée

Quant aux oiseaux, ils parcourent aussi ce parc.

Plus de 500 espèces d'oiseaux y ont été répertorié dans le parc. Au-dessus de nous, les aigles bateleurs et ravisseurs planent et les milans, de plus petite taille, sont audacieux jusqu’à l’intrépidité : il leur arrive d’arracher aux carnivores les os que ceux-ci s’apprêtaient à ronger.

Les marabouts, plutôt laids avec leur épouvantable goitre, se pressent avec les vautours, autres charognards aussi gros mais pas plus beaux, auprès des carcasses abandonnées par les fauves.

Photos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara : festin de vautours et de maraboutsPhotos de voyages de Michel et Marie-France des animaux de la réserve Mara :  le serpentaire promène son 1,30 m dans les plaines ouvertes semi-désertiques

Festin de vautours et de marabouts

Le serpentaire

Quelques oiseaux solitaires sont assez remarquables.

Les autruches font, dans la plaine, des apparitions plus lointaines. Les serpentaires, sont magnifiques avec leur plumage blanc et noir, leur huppe de plumes sur la nuque en guise de « suivez-moi, jeune homme » et leur œil bordé de rouge vif.

Ils arpentent de leurs longues pattes les espaces dégagés à la recherche des serpents (évidemment), mais aussi des lézards et de petits rongeurs.

Leur allure pédante et empesée nous rappelle leur autre nom : "secrétaire", qu'ils doivent aux plumes de tête qui se dressent parfois à la manière des porte-plumes que les secrétaires, les hommes, ceux-là, se posaient autrefois sur l'oreille...

Il est maintenant temps de se diriger vers le village masai, la manyatta, qui nous attend, du côté des Loita plains.