Un séjour à Assinie

Notre « camp de base », le très beau Club Med, se trouve à Assinie.

Un club fameux !

A 120 km à l'est d'Abidjan, c’est une langue de terre bordée d'un côté par la lagune, de l'autre par la mer. C'est un paradis pour le touriste, qui peut s'y reposer entre deux expéditions dans le coeur du pays, dans ses beaux hôtels.

club (2)longues plages assinie
Le petit marché à l'entrée du village
Les longues plages d'Assinie

Ce club est célèbre à bien des titres, le moindre n’étant pas qu’il a servi de décor au premier des « Bronzés »… Hé oui, nous avons fait du ski nautique sur la même lagune, marchandé nos souvenirs au même même marché et farniente sur les mêmes plages que nos héros…

Mais nous ne sommes pas ici dans un « village de cases », comme dans le film : ces scènes ont été tournées dans une partie plus ancienne, à quelques centaines de mètres, le long de la plage, dans un club devenu italien.

Une végétation luxuriante

Nos bungalows sont disséminés dans un parc magnifique.

club (3)parasol et transat
Un kiosque de lecture
: un bon repos

La végétation qu'offre le climat de type équatorial humide du Sud, y est luxuriante.

A chaque pas, on admire un frangipanier, un "rince-bouteilles" aux plumeaux roses, divers palmiers, un cocotier sur lequel grimpe un lézard, à tête rouge... toutes espèces animales ou végétales indigènes, en pot chez nous, en arbres orgueilleux sous ces cieux. Sous ces grands arbres, Michel dessine et Marie-France lit...

vegetation luxurianteclub (4)
Une végétation luxuriante
Le frangipanier devant la lagune

Nous profitons, entre deux excursions, des interminables plages de sable blond, en se méfiant néanmoins de la barre, parfois redoutable sur cette côte, lorsque souffle le vent.

A l'eau, le Père Noël !

Cette barre nous a, d’ailleurs, fourni un amusant spectacle : nous sommes venus à Noël, et nous avons vu le Père Noël en personne (tout noir dans sa houppelande rouge et blanche) arriver en pirogue, le matin du 25 décembre, escorté par de vaillants pagayeurs qui ont franchi la vague redoutable sous nos applaudissements !

La plage est superbe, mais on ne peut pas souvent y nager : on saute entre les vagues et on se laisse éclabousser par l’écume.

la plage du clubpaillottes et plages
La plage sous un autre éclairage
Paillotes et plage sous les arbres

De l’autre côté, sur la lagune, on se baigne aussi, mais pas toujours volontairement : Marie-France y a plus souvent bu la tasse qu’à son tour, car, malgré tous ses efforts (ainsi que ceux des moniteurs dépités), elle n’a jamais réussi à se relever sur ses skis… Heureusement, on fait aussi du canoë, en remontant le long du fleuve pour apercevoir les martins-pêcheurs, flèches bleues et hardies, fondre sur leur proie.

Ce texte, qui se rapporte à notre séjour, appartient pour l’instant au passé. A cause du coup d’état, les hôtels ont fermé leurs portes. Espérons qu’ils les rouvriront un jour, car nous avons autant aimé, là-bas, le cadre que ses chaleureux habitants…

 --> De la lagune Abi à Aboisso