Une construction massive pour des siècles troublés

Talmont Saint-Hilaire est longtemps restée un port que les marais ont peu à peu écarté de l’océan. Le nom de Talmont apparaît pour la 1° fois dans un texte en 1025, comme "Talamonte"..

Déjà, à cette époque, l’agriculture est développée dans la région et les habitants, attestés dès le néolithique, exploitent les ressources des côtes : ils ont créé un port au pied de la première forteresse.

L'histoire du château de Talmont

Bâti sur un éperon rocheux au cœur de la ville, le château a été plusieurs fois modifié au cours du temps.

La bâtisse originelle était, dans les années 1018-1020, une simple tour sur une motte de terre cernée par une palissade de bois, ordonnée par Guillaume le Grand, duc d’Aquitaine et comte de Poitou, à Guillaume le Chauve.

Entre 1030 et 1050, on bâtit un nouveau château plus important autour de l’église Saint-Pierre, romane. On l’entoure d’une vaste enceinte de galets et de douves, témoignages de sa proximité avec la mer.

P1020889 tm IMG 0151 tm P1020929 tm
 Le château de Talmont nous accueille

 A l’intérieur de l’enceinte, un grand bâtiment de réception est érigé, puis Guillaume le Jeune fait surélever la tour du clocher-porche et y fait accoler une "tour assommoir".

C’est une masse de plan carré, aux murs de plus de deux mètres, dont les trois côtés libres se divisent en trois étages.

IMG 0147 tm  MG 0014 tm P1020851 tm
   La Tour carrée, donjon défensif et habitation seigneuriale

En 1138, Louis VII fait détruire le château en l’incendiant, mais il est rebâti sous Richard Cœur de Lion, prince de Talmont, qui séjourne régulièrement dans la région dont il apprécie les forêts giboyeuses, le bon vin et le doux climat marin.

La principauté de Talmont est alors devenue anglaise, puisque le roi en a hérité en tant que fils d’Aliénor d’Aquitaine. Peu à peu le château est devenu une forteresse qu’on dit imprenable.

exterieur (30) tm exterieur 36 tm exterieur (17) tm exterieur (21) tm
    Une construction massive pour des siècles troublés

 Elle passe néanmoins aux mains des vicomtes de Thouars en 1253, puis à la famille d’Amboise en 1470.

Le château est ensuite détruit lors de la guerre de Cent ans pour y éviter le retour des Anglais.

La ville reprend de son importance lorsque l’Edit de Nantes, le 13 avril 1598, ramène la paix entre les seigneurs catholiques et protestants : ces derniers obtiennent, à Talmont, une place-forte dite de sécurité, qu’ils gardent pendant tout le règne d’Henri IV. C’est, après la révocation de l'Edit de Nantes, sur ordre de Richelieu que le château est finalement démantelé au XVII° siècle.