Balade de Longeville à la pointe du Grouin du Cou

la Terrière, hors saison, on croise promeneurs à pieds, cavaliers, photographes, et, lors des grandes marées, de très nombreux pêcheurs à pied. Des activités sportives s'installent l'été (sports nautique de glisse comme le surf, le kite surf...). Cette plage est très agréable, et appréciée des sportifs à cause de ses vagues, mais les courants marins y sont assez forts.

la terriere

A la pointe du Grouin du Cou, sur le platier rocheux, le projet de restauration d'une écluse a été mené jusqu'à son terme. Cette écluse, rebaptisée La Caloge, été construite sur les vestiges d'une des nombreuses anciennes. A marée basse les amateurs de crabes, crevettes et coquillages sont nombreux sur l'estran.

ecluse

ecluse 2


De la pointe du Grouin à la République

De la pointe du Grouin du Cou à la pointe de la République, l’estran se présente, dans sa partie basse, sous forme d'un platier rocheux et, dans sa partie haute, d'une accumulation de sable et de galets. On croise quelques constructions (clôtures, ganivelles, accès à la plage…) et des vestiges d'anciens blockhaus. La plage est fréquentée en été mais aussi hors saison pour les balades et la pêche-à-pied... Elle a conservé un caractère sauvage. On y retrouve aussi les vestiges d'un corps de garde.

corps de garde

Plus loin, on peut apercevoir le phare qui signale l'entrée du Pertuis Breton. Mis en service en juillet 1831, il a été dynamité en Août 1944 lors de la seconde guerre mondiale, rebâti ensuite et modernisé en 2006. Aujourd'hui, il disparait au milieu des maisons secondaires, toutes blanches.

le phare



De la pointe de la République au Chiquet

Du Milouin à la Pointe du Chiquet, l’urbanisation s’est développée dès les années 1920. Les constructions dominent les protections frontales du pied de dune. La présence, le long de cette côte, et plus particulièrement le long de la plage des Générelles, d'ouvrages de défense récents (enrochements, gabions, béton, pieux en bois…), témoigne de tempêtes assez fréquentes.

plage des generelles

Plus loin, la jetée de la pointe du Chiquet, construite en 1866 dans l'axe de la rue principale, l'avenue de la Plage, va jusqu'à la mer. Elle est toujours présente, bien qu'elle ait été amputée par le raz de marée de 1924.



Du Chiquet à la pointe du Rocher

Cette partie, qui s'étend de la pointe du Chiquet à la pointe du Rocher, est fortement urbanisée. Au large, à moins d'un kilomètre des habitations, le Rocher de l'Aunis est un endroit connu des pêcheurs. Il se découvre à chaque grande marée.

La plage centrale

La plage centrale, surveillée l'été, est très fréquentée. A son extrémité, les activités de plein-air sont nombreuses (châteaux gonflables, activités de plein air, club d'enfants...).

L'estacade

L'estacade marque la fin de la grande plage et le début de l'Anse du Maupas qui s'étire jusqu'à l’avenue de l’Atlantique. Les dunes sont protégées par des ganivelles pour limiter l’érosion.

L'embarcadère de La Tranche-sur-Mer

L'estacade de La Tranche-sur-Mer

Les casses

En raison de son orientation, le secteur est abrité des vents et des houles du large. L’anse présente une caractéristique particulière : la présence de "casses", qui se forment en aval de la digue construite en 1965. Une casse a été fermée artificiellement pour réaliser un plan d'eau. Aujourd’hui, ce plan d’eau accueille toute l'année des enfants pour les initier à la voile.


Balade de la pointe du Rocher à la Belle Henriette

Dans le temps, l'évolution de cette zone a donné naissance à la réserve de la casse de la Belle Henriette. Située sur les communes de La Tranche-sur-Mer et de la Faute-sur-Mer, la réserve s’étend sur près de 340 hectares.

belle henriette

Sa lagune sert de halte migratoire pour un grand nombre d’oiseaux (la Barge à queue noire, le Canard Pilet, ou la Spatule blanche...). Des espèces rares sont également observés : grèbe à bec bigarré, marouette de baillon, bécasseau rousset... C’est également un site de nidification pour des espèces comme la Cisticole des joncs ou le Pipit rousseline.

On y recense aussi des espèces végétales, comme l’œillet de France ou la Luzerne maritime. Mais la mer a repris ses droits sur l'estran et l'accès à la lagune, devenu dangereux, est maintenant interdit à la promenade.